Interdiction des pesticides et perturbateurs endocriniens pour un futur désirable!

Depuis les années 1950 et le développement de l’agriculture intensive, les pesticides (insecticides, herbicides, etc) pour accroitre la rentabilité de la production agricole, dont les résidus polluent l’air, l’eau, les sols et surtout notre alimentation.

Cette ingestion de pesticides, en petites quantités mais de manière continue, par notre organisme n’est pas sans conséquence sur la santé de l’Homme. L’explosion du nombre de cancers, de problèmes d’infertilité, des troubles neurologiques ou de malformations découlent de notre mode d’alimentation et de l’environnement dans lequel on vit.

Au-delà des pesticides existent également plus généralement des « perturbateurs endocriniens[1] ». D’après l’OMS ce sont des « des substances chimiques d’origine naturelle ou artificielle étrangères à l’organisme. Elles peuvent interférer avec le fonctionnement du système endocrinien et induire des effets néfastes sur l’organisme d’un individu ou sur ses descendants ». 

Ce sont les bisphénols contenus dans les revêtements des conserves, des canettes, des tickets de caisse, des canalisations d’eau; les phtalates présents dans les agents de texture de cosmétiques, dans les jouets, dans les emballages, comme solvants de parfums; les parabènes présents dans 80% des cosmétiques mais également dans les couches et lingettes pour bébés ou encore les perfluorés présents dans les revêtements antiadhésifs, anti-tâches ou anti-inflammation, dans les canapés, les textiles, des ustensiles de cuisine…

Ces substances chimiques présentes dans tous les objets du quotidien ont des effets néfastes sur notre santé et notre système endocrinal : troubles métaboliques, cardiovasculaires, de reproduction et de malformations génitales, troubles comportementaux. L’étude la plus reconnue publiée par l’OMS et le PNUE en 2013 met en garde contre les risques et la nécessité d’études approfondies sur ce sujet : ( http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2013/hormone_disrupting_20130219/fr/ ).

Les grandes industries qui produisent ces phytosanitaires s’organisent en lobbies pour bloquer toute réglementation. La France est particulièrement concernée pour les pesticides avec 62700 tonnes de substances actives utilisées par an, ce qui la classe au 3è rang mondial.

En tant que ministre de la Consommation, Benoît Hamon a déjà interdit le bisphénol A dans les contenants alimentaires au 1er janvier 2015. En 2015 dans la loi de transition énergétique portée par Ségolène Royal, a été votée l’interdiction de l’utilisation de pesticides dans les espaces verts publics des collectivités locales au 1er janvier 2017, ainsi que pour les particuliers dans les jardins et potager au 1er janvier 2019. Quand la volonté politique s’appuie sur les alertes sanitaires et environnementales portées par les citoyens et les experts indépendants, la puissance du politique prime sur le poids des lobbyes . (http://www.agirpourlenvironnement.org/campagne/arguments/01-que-sont-les-perturbateurs-endocriniens Association Agir Pour l’Environnement, Que sont les Perturbateurs endocriniens ?)

C’est pourquoi nous devons continuer à agir. Une grande bataille est celle du glyphosate : la firme Monsanto s’est illustrée pour avoir eu connaissance de la génotoxicité probable de la substance active du Round Up dès 1999 et de s’être organisée pour obtenir la réautorisation malgré les mises en garde du CIRC sur son caractère cancérogène. La France et la Suède plaident son interdiction auprès de la Commission européenne qui reste étonnement absente sur ce dossier. Plusieurs députés européens plaident ainsi pour une réévaluation indépendante de sa toxicité, fondée aujourd’hui sur des études fournies par Monsanto elle-même.

(http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/03/24/monsanto-papers-des-eurodeputes-veulent-la-revision-de-l-expertise-du-glyphosate_5100479_3244.html « Monsanto Papers » : des eurodéputés veulent la révision de l’expertise du glyphosate. 24 mars 2017, Stéphane Foucart, Le Monde)

 

Il est temps de changer de modèle de production et de consommation et mettre un terme à ce danger qui empoisonne nos vies !

Dès les primaires, Benoit Hamon a fait de la question transition écologique un axe majeur de son projet, et apparaît comme le candidat le plus conscient de l’impérativité à changer de modèle.

Emmanuel Macron « propose de placer la France en tête du combat contre les perturbateurs endocriniens et les pesticides » dans son programme. Il oublie que c’est déjà le cas au sein de l’Union Européenne avec Ségolène Royal et ne prend par ailleurs aucun engagement clair et supplémentaire dans ce sens. En réalité, en se prononçant en faveur du CETA, traité de libre-échange avec le Canada, il se déclare favorable à toutes les « innovations technologiques », brevetées par les multinationales comme Monsanto, telles que des maïs OGM ou des aliments produits avec des pesticides à être vendus en France au même titre que les nôtres, mettant ainsi à bas notre propre réglementation. C’est le candidat des doubles discours.

Plus sincère, François Fillon assume de proposer la diminution des réglementations et la fin du principe de précaution, permettant aux industries de nous empoisonner avec l’aimable autorisation des pouvoirs publics.

Marine Le Pen semble n’avoir que faire de ces questions. Dans son programme, elle n’affiche pas une ligne sur le sujet. Ces trois candidats braderont la santé de nos concitoyens.

Benoît Hamon a réussi à porter le sujet de notre santé comme une question politique de premier plan. Il propose ainsi une sortie des pesticides avec en priorité ceux dont la dangerosité est avérée et leur remplacement par des solutions alternatives respectueuses de l’environnement (biocontrôle, préparations naturelles peu préoccupantes…). Ces solutions sont déjà pratiquées dans l’agro-écologie, une agriculture qui utilise l’écosystème dans son ensemble pour favoriser l’insertion des cultures dans la nature.

C’est pourquoi Benoît Hamon soutiendra la reconversion systématique des exploitations agricoles vers le biologique et l’agro-écologique à chaque transmission, et l’orientation des financements européens vers ces pratiques agricoles sans pesticides chimiques.

Benoît Hamon sera implacable avec les lobbies car une alimentation de qualité et la santé de nos enfants n’est pas négociable. 

[1] Le système endocrinien est composé des glandes endocrines qui possèdent une fonction de sécrétion d’hormones.

 

Avec @benoithamon, l'interdiction des pesticides et des perturbateurs endocriniens pour un futur désirable ! Cliquer pour tweeter

« À vous, génération citoyenne, décidez du peuple que vous voulez être »

Tutoriel porte à porte

12 millions d’électeurs indécis c’est 12 millions de bonnes raisons de faire du porte-à-porte ! Voici quelques conseils pour convaincre.

Toi aussi crée ton #HamonGroupe pour t’engager dans ta ville ou ton université et faire gagner Benoît Hamon.

S’engager

Nous sommes des millers de jeunes à nous engager pour faire battre le coeur de la France. Toi aussi participe à cette belle aventure collective et défends les propositions de Benoît Hamon, pour un futur désirable en te joignant à nous !

Pour la Saint-Valentin, les jeunes font « battre le cœur de la France avec Benoît Hamon »

C’est aujourd’hui la Saint Valentin et les Jeunes avec Benoît Hamon vont distribuer des coeurs pour faire battre celui de la France en mai prochain !

Des autocollants en forme de cœur seront distribués aux côtés du premier tract de campagne, présentant les mesures phares du projet de Benoît Hamon, comme le revenu universel d’existence. En traçant les contours et la mise en oeuvre d’un futur désirable, Benoît Hamon redonne de l’espoir à des milliers de jeunes qui chaque jour s’engagent pour faire battre le coeur de la France. Ils se déploieront sur tous les territoires de la République aujourd’hui pour partager cet enthousiasme avec le plus grand nombre.

Des actions auront ainsi lieu dans toute la France. A Paris, les Jeunes Socialistes seront notamment présents à 18h30 à Montmartre.

 

En ce jour de Saint Valentin, je fais battre le coeur de la France avec @benoithamon #HamonTweet Cliquer pour tweeter