Les Jeunes Socialistes expriment leur soulagement de voir Marine Le Pen battue lors de ce second tour de l’élection présidentielle. Cette victoire de la République est due à la mobilisation de millions de citoyennes et de citoyens qui, sans adhérer au projet d’Emmanuel Macron, ont fait le choix de se saisir du bulletin de vote à son nom pour faire barrage à l’extrême droite.

L’abstention record et le niveau historiquement élevé des votes blancs et nuls montrent l’ampleur de la crise démocratique que nous connaissons et la faible légitimité d’un Président de la République choisi par défaut. Les élections législatives permettront un réel choix politique pour savoir de quelle majorité se dote le pays. C’est une occasion pour la gauche de relever la tête.

Le résultat de ce soir nous écarte cette fois-ci d’une accession au pouvoir du Front National, mais il ne peut effacer la profonde inquiétude devant la progression de ce parti anti-républicain qui réalise un score colossal avec plus de 11 millions de voix. Jamais dans l’histoire de la Vème République l’extrême droite n’avait concentré sur elle autant de suffrages. Si nous n’en tirons pas rapidement les enseignements, cette élection restera dans l’Histoire comme celle qui aura précédé la victoire du FN. Tirer la sonnette d’alarme à chaque veille de scrutin ne suffit plus, il faut agir ! 

En conséquence, les Jeunes Socialistes déclarent  :

1. Les Jeunes Socialistes s’engagent dès ce soir dans la campagne des élections législatives pour donner au pays une majorité de gauche.

2. Aucune ambigüité n’est possible avec le nouveau Président de la République qui a construit sa récente ascension politique sur l’effacement du clivage gauche-droite et la soumission aux dogmes du libéralisme. Seule force politique capable d’affronter les transitions sociales, écologiques et démocratiques, la gauche doit demeurer vivante. Elle le peut en proposant pour les élections législatives un projet politique guidé par l’égalité et la justice sociale, à même de permettre la synthèse entre toutes les familles de la gauche et de l’écologie.

3. La gauche doit se rassembler, c’est la condition de son succès, tant électoral que dans l’exercice du pouvoir. Elle peut le faire si elle refuse l’intransigeance et le sectarisme des uns, et l’abdication idéologique et morale des autres. Les Jeunes Socialistes demandent avec solennité aux dirigeants de la gauche d’entamer des discussions pour une plateforme et des candidatures communes dans les 577 circonscription.

4. Les appareils politiques à bout de souffle doivent se rénover et devenir des espaces plus démocratiques et porteurs des aspirations qui s’expriment dans la société. Il n’est pas souhaitable qu’ils soient balayés par des mouvements organisés autour d’un chef, ni qu’ils demeurent en leur état actuel de discrédit profond auprès des citoyens. Les Jeunes Socialistes prendront là encore toute leur part à cette réflexion pour l’avenir de notre démocratie.

5. La force électorale et culturelle de l’extrême-droite invite avec urgence à réinventer le combat anti-raciste et républicain pour irriguer la société et combattre les idées nauséabondes qu’elle véhicule. Les Jeunes Socialistes prendront dans les prochaines semaines des initiatives avec les autres organisations de jeunesse de gauche pour travailler à l’émergence d’un mouvement anti-raciste puissant et populaire.