Les Jeunes Socialistes prennent acte de la nomination d’Édouard Philippe au poste de Premier Ministre. Avec ce choix, Emmanuel Macron lève le voile et assume enfin qu’il compte gouverner à droite.

Emmanuel Macron fait un choix ultra-libéral. Pendant la campagne présidentielle, Édouard Philippe a défendu avec Alain Juppé puis François Fillon une politique économique et sociale ultra-libérale. Va-t-il mettre en place la hausse de la TVA, la baisse de l’impôt sur les sociétés, et la suppression de 300 000 postes de fonctionnaires qu’il défendait l’année dernière ? Les Jeunes Socialistes s’opposeront farouchement à cette casse sociale à venir.

Emmanuel Macron fait un choix conservateur. Les Jeunes Socialistes s’inquiètent également des positions très réactionnaires d’Édouard Philippe. Ils seront de toutes les luttes contre les discriminations face à un homme qui n’a pas voté la loi sur le mariage pour tous.

Emmanuel Macron veut gouverner à droite. Édouard Philippe, député et maire Les Républicains, sera le chef de la majorité, comme le veut la constitution. Il s’agira donc de fait d’une majorité de droite. A moins qu’Emmanuel Macron ne décide de mener sa majorité lui-même, ce qui serait l’expression d’une inquiétante personnification du pouvoir, d’un mépris du Parlement, et d’une grave dérive de la Ve République.

Les Jeunes Socialistes appellent donc au sursaut et à l’unité de la gauche pour les élections législatives. Ne donnons pas tous les pouvoirs à un homme seul qui regrettait en 2015 « l’absence de la figure du roi dans la politique française ». Les électeurs et électrices de gauche savent désormais à quoi s’attendre. Face à la droite, les Jeunes Socialistes appellent la gauche à s’unir pour être demain majoritaire à l’Assemblée Nationale, dans une opposition claire avec le projet obsolète et injuste d’Emmanuel Macron et d’Édouard Philippe.